topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

14/05/2011

LA REPUBLIQUE DES REPUBLIQUES

VINCENT TOHBI
imageci.jpg


Au commencement, était la République. Et la République était République de Côte d’Ivoire. On y faisait ripaille. L’herbe verte poussait partout. Les chercheurs d’or accouraient et les Rois Mages vantaient les mérites de ce pays aux quatre coins du monde. Il y avait gîte et couvert pour tous. Les voisins étaient libres de participer au festin et d’y rester définitivement. Le lait coulait à flots car les vaches ne tarissaient pas. Tout n’était qu’inconscience, insouciance, bonheur et volupté. Dieu vit que c’était bon. Il y eut un matin mais il y eut un soir. Ce fut le premier jour.



Puis vint la République Autonome du Golfe. Confinée dans un bout de terre lagunaire. Il y avait beaucoup de monde et l’on s’y pressait les uns contre les autres, inquiets de l’incertitude du lendemain. On venait mais on n’allait pas. Tout tournait sur soi. Et les jours coulaient, les uns aussi monotones que les autres. Les regards se perdaient dans un vague ailleurs aux contours incertains. Tout n’était que béton, treillis et chars. Les frêles créatures erraient dans les couloirs presque de la mort, ombres d’elles-mêmes. Ce fut le deuxième jour.



Emergea ensuite la République Solitaire du Bunker. Dans les entrailles de la terre et dans les méandres du souterrain. Ni entrants ni sortants. Le temps s’y arrêta une éternité. En dessous, des hommes, des femmes et des enfants horrifiés et perdus. Au dessus, des guerriers morts d’avance mais promenant leurs corps vides de vie. Défiance ancestrale et honorifique, mais vain refus de l’évidence. Plus au-dessus, des anges lourds de métal volent et volent, crachant le feu de la géhenne. Une Apocalypse précoce non prévue ni autorisée dans le livre du récit. Tous les yeux du monde sur le désespoir des anti-héros, mais point d’aide ni de mains secourables. Ce fut le troisième jour.



En formation rapide, s’étala la République Fédéree du PK18 et d’Anyama. Dans le chaos de la conquête et dans l’affirmation de la victoire. Sous des ordres nouveaux, les êtres se soumettent à une autorité diffuse, sans beaucoup de conviction ni de compréhension. On va et vient, mais dans la marmite. Tout autour, de la nervosité, de la tension, des regards vifs et inquisiteurs, mais point de réponse. Quête de reconnaissance et quête de gloire. Difficile compromis entre la vérité et la Vérité. Les jours passent mais ne se ressemblent point. Ce fut le quatrième jour.



Menacent les erreurs de la création et la naissance des Républiquettes : Mamaland, Duekoueristan, Korhogolie, Yopougonique, Ouesteria, Est Faso, Bouakérie. Tout ne sera que confusion et réclusion, funèbre, funeste et tristesse. Ce seront les cinquième et sixième jours.



Le Septième jour, Dieu ne se reposera point. Il manifestera son mécontentement, de la plus incourtoise des façons.


Il faut mater la chienlit et maintenant.


24 Avril 2011

VINCENT TOHBI IRIE
Source: http://venancekonan.com

Les commentaires sont fermés.