topblog Ivoire blogs

31/12/2011

Abidjan, la Perle des lagunes est-elle devenue « La perle des lumières »


Les images de la télévision Nationale

Par Ghislaine ATTA, Blogueuse ivoirienne

L’une des principales attractions de cette fin d’année post-crise est sans doute l’illumination spectaculaire de la ville d’Abidjan. Aussi, depuis le 20 décembre dernier, Abidjan, la Perle des lagunes est-elle devenue « La perle des lumières ».

Lire la suite

30/12/2011

On dit quoi au pays ce 30 décembre 2011

MmeOuattara.JPG
- Nous avons appris ce jeudi soir sur la RTI1 que la station régionale de Radio Côte d’Ivoire, “Radio Bouaké” émet depuis ce jour sur les 98.6 Mhz après dix ans de silence, dans la région du Gbèkè et même au-delà, à la joie des populations qui ont assisté à son inauguration par le ministre de la Communication Diakité Souleïmane Coty.

- Selon des sources judiciaires ivoirienne confirmé par une dépêche AFP ce vendredi soir trois pro-Gbagbo dont 2 journaliste ont été mise en liberté provisoire. Hermann Aboa et Franck Anderson Kouassi ainsi que pour Christophe Blé, médecin personnel de M. Gbagbo, a indiqué à l`AFP.

Lire la suite

29/12/2011

Côte d’Ivoire – Le budget 2012, estimé à 3.160 milliards FCFA

Selon l’AIP Le gouvernement ivoirien, réuni mercredi à Abidjan pour son dernier conseil de l’année, a « formellement adopté le budget 2012 qui se chiffre à 3.160 milliard FCFA », en hausse de plus de 100 milliards comparativement à celui de 2011 qui était de 3.050 milliards FCFA.

Lire la suite

Encore des petits délestages dans certains quartiers d’Abidjan

dsc03590.jpg
Lumière d'une torche chine-toch pendant le délestage dans sous quartier d'Abobo

Comme dans la plus pare des grandes villes en Afrique le délestage est devenu un phénomène qui entraine le ralentissement de l’économie. Dans la ville Abidjan après une grande crise de délestage en début 2010 aujourd’hui nous assistons par moment dans certaine quartier d’Abidjan à des petits délestages. Mais a côté de ce délestage il y a aussi les baisses de tension qui sont très fréquent, autrement dit l’électricité distribué n’est pas totalement stable.

Lire la suite

19/12/2010

La Côte d'Ivoire Dans la tête de Laurent Gbagbo

L’ex-président ivoirien n’a jamais envisagé sa défaite. Battu dans les urnes, dos au mur, il s’est retrouvé sans plan B. Si ce n’est le passage en force. Récit exclusif.

lggg.jpg

Les hommes de pouvoir n’ont de secrets ni pour leur valet de chambre ni pour leur graphologue. Ceux qui pensaient que Laurent Gbagbo allait se soumettre au verdict des urnes et qui s’étonnent de le voir, quinze jours plus tard, vissé à son fauteuil présidentiel comme une huître à son rocher, submergé par la marée des condamnations internationales, en seraient moins surpris s’ils avaient en tête cette analyse graphologique, réalisée il y a quatre ans sur la base d’un manuscrit échappé du Palais de Cocody. Il y est question d’un homme qui « s’identifie complètement à son personnage sans se dévoiler pour autant à titre personnel », qui répond au doute par « l’attaque » et « l’orgueil », sur qui « l’affectif et la sensibilité n’ont pas de prise », qui ne « s’avoue jamais vaincu », qui « joue sur son autoritarisme et son besoin de puissance », dont l’ego et la détermination composent « une personnalité de style paranoïaque » avec un mode de conduite à la fois profondément structuré et définitivement inamovible. Se ment-il à lui-même, lui qui entretient avec la vérité des rapports fluctuants maintes fois dénoncés par ses adversaires et partenaires ? Rien n’est moins sûr. Mais, même s’il sait que ses probabilités de survie au pouvoir sont à terme totalement hypothétiques, cette posture de « Gbagbo contre le monde entier » est sans doute celle où il puise le plus de ressources intimes.

Dos au mur réapparaît alors Gbagbo le Bété, héritier de six siècles d’enracinement en terre d’Éburnie et d’une longue histoire de résistance minoritaire à la conquête puis à l’occupation coloniale françaises. Gbagbo l’opposant, persuadé d’incarner un « nouvel ordre » et la seconde indépendance, la seule vraie, de la Côte d’Ivoire. Gbagbo le nationaliste, contraint comme il le dit de « faire la révolution de 1789 sous le contrôle d’Amnesty International » et qui, face aux « candidats de l’étranger », aux blindés blancs de l’ONU et aux injonctions de la communauté internationale, clame que son pays « n’est pas recolonisable ». Réapparaît « Seplou », son surnom du village, l’oiseau qui avertit du danger et annonce la guerre. Comme Robert Mugabe, comme la plupart des chefs d’État quand ils sont confrontés aux diktats politiques, économiques ou judiciaires du Nord – Cour pénale internationale, critères démocratiques de la bonne gouvernance, biens mal acquis… –, Laurent Gbagbo joue donc, mi-sincère mi-calculateur, sur le registre d’un patriotisme afrocentriste qui est loin d’être obsolète auprès d’une partie de l’opinion continentale. Le problème évidemment est que plus d’un Ivoirien sur deux ne se reconnaît pas dans cette démarche, que même s’il ne s’y est résigné qu’à contrecœur, il a bien accepté que cette élection se tienne sous étroite observation extérieure, et que la Commission électorale indépendante (CEI), dont il prévoyait à l’avance qu’elle avaliserait une mesure « inévitable » mais néanmoins « acceptable » de fraudes, en dise les résultats. Le problème enfin est qu’en cas de défaite, inenvisageable à ses yeux tant cette humiliation lui est insupportable, le phacochère blessé qu’il est devenu n’a jamais eu d’autre plan B à sa disposition que le passage en force.

Soure: Jeune Afrique

26/10/2010

Côte d’Ivoire à cinq jours de la présidentielle

election2010.JPG

Nous sommes a cinq jours du premier tour de la présidentielle ivoirienne et les candidats continuent de battre le pavé. Ils sont 14 en lice pour ce scrutin prévu le 31 octobre 2010.
Parmi les principaux on retrouve le président sortant Laurent Gbagbo, candidat à sa succession, Henri Konan Bédié ainsi qu’Alassane Ouattara. Et ces trois présidentiables mènent une campagne intense. Ce lundi 25 octobre, ils étaient chacun de leur côté, partis une nouvelle fois à la rencontre de leurs électeurs.

L’actuel président, était à Abidjan dans la commune d’Abobo pour un nouveau meeting. Et il a profité de son déplacement pour annoncer que le vendredi 29 octobre 2010 serait un jour chômé. Une décision destinée à permettre aux Ivoiriens d’aller chercher leurs cartes d'identité et d'électeur sans oublier que ce jour même est prévue pour le dernier meeting de Mr Laurent Gbagbo au stade FHB.